TÉLÉCHARGER ADULTERE DE PAULO COELHO PDF

Télécharger: Adultère – Paulo Coelho en PDF. Adultère est un roman de fiction apparu en Il raconte le destin d'une femme journaliste mariée, de son. titre: Adultère. auteur: Paulo Coelho. ======================== lien de téléchargement Paulo Coelho est né à Rio de Janeiro en x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue fois. Taille du document: Mo ( pages). Confidentialité: fichier public.

Nom: adultere de paulo coelho pdf
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Usage Personnel Seulement
Système d’exploitation: Android. Windows XP/7/10. iOS. MacOS.
Taille:43.51 MB

Il poursuit : Pourquoi exactement prends-tu des cours de yoga? J'ai tout ce dont un homme rêve, mais je ne suis pas heureux. Je trouve tout horrible la dcoration, les tables avec des nappes en papier, l'absence de vue. Laisse-le parler le plus longtemps possible, ainsi il croira que le journal lui consacrera un grand espace ; 3. S'il répond de manière évasive, tu reformules la question, mais tu la maintiens. La nourriture est sans goût, le sourire, en revanche, est de plus en plus large pour que personne ne se méfie , l'envie de pleurer est avalée, la lumière paraît grise. C'est l'une des meilleures cuisines que j'aie jamais goûtée à Genève.

Telecharger Adultere en PDF, ePUB, Ebook, Livres, Romans en EPUB, PDF gratuit - linguisticcore.info Adultere. Par Paulo Coelho. Éditeur: Flammarion. Adultère◅ Auteur: Paulo Coelho Télécharger ici >>>>linguisticcore.info Paulo Coelho – Adultere. 10/04/ 0 2 TÉLÉCHARGER MAINTENANT! Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite: elle a un mari aimant, des.

Oui, j'aime mon mari, et comme je ne vis pas avec lui uniquement pour l'argent, pour les enfants ou pour les apparences, je n'ai pas de raison de tomber en dpression. J'habite dans le pays le plus sr du monde, tout dans ma vie est en ordre, je suis bonne mre et bonne pouse. J'ai reu une ducation protestante rigide que j'entreprends de transmettre mes fils.

Je ne fais aucun faux pas, car je sais que je pourrais tout abmer. J'agis avec le maximum d'efficacit et le minimum Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert d'engagement personnel. Plus jeune, j'ai souffert d'amours non rciproques, comme toute personne normalement constitue. Mais la vrit, c'est que depuis que je me suis marie, le temps s'est arrt. Jusqu' ce que je sois confronte ce maudit crivain et sa rponse.

En quoi donc la routine et l'ennui sont-ils un problme? Pour tre sincre, en rien. Seulement seulement il y a cette terreur secrte que tout change d'une heure l'autre, qui me laisse compltement dmunie. Aurais-je les moyens d'affronter le monde toute seule si mon mari mourait? Oui, me suis-je rpondu, parce qu'il me laisserait en hritage de quoi subvenir aux besoins de plusieurs gnrations. Et si je mourais, qui prendrait soin de mes fils?

Mon mari ador. Mais il finirait par se marier avec une autre, parce qu'il est charmant, riche et intelligent. Mes fils seraient-ils dans de bonnes mains? Mon premier pas fut de rpondre tous mes doutes. Et plus je rpondais, plus les questions surgissaient. Est-ce qu'il se trouvera une matresse quand je serai vieille? Est-ce qu'il a dj quelqu'un d'autre, parce que nous ne faisons plus l'amour comme autrefois? Est-ce qu'il pense que j'ai quelqu'un d'autre, parce qu'il ne m'a pas manifest beaucoup d'intrt ces trois dernires annes?

Nous ne nous faisons jamais de scnes de jalousie et je trouvais cela formidable jusqu' ce fameux matin de printemps o j'ai commenc souponner que ce n'tait Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert qu'un manque total d'amour de part et d'autre.

J'ai fait mon possible pour ne plus y penser. Pendant une semaine, chaque fois que je sortais du travail, j'allais acheter un objet dans la rue du Rhne. Rien qui m'intresst beaucoup, mais du moins sentais- je que disons je changeais quelque chose. En ayant besoin d'un article dont je n'avais nul besoin auparavant. En dcouvrant un appareil mnager que je ne connaissais pas bien qu'il soit trs difficile de voir apparatre une nouveaut au royaume des appareils mnagers.

J'vitais d'entrer dans les boutiques pour enfants, pour ne pas gter les miens avec des cadeaux quotidiens. Je n'allais pas non plus dans les magasins pour hommes, pour que mon mari ne se mette pas suspecter mon extrme gnrosit. Quand j'arrivais chez moi et entrais dans le royaume enchant de mon univers personnel, tout semblait merveilleux pendant trois ou quatre heures, et puis tout le monde allait dormir.

Alors, peu peu, le cauchemar s'est install. J'imagine que la passion est pour les jeunes et que son absence est sans doute normale mon ge. Ce n'est pas cela qui m'effrayait. Quelques mois ont pass et je suis aujourd'hui une femme partage entre la terreur que tout change et la terreur que tout reste pareil jusqu' la fin de mes jours. Certains disent que nous commenons, mesure que l't approche, avoir des ides un peu bizarres, que nous nous sentons moins importants parce que nous passons plus de temps l'air libre et que cela nous donne la dimension du monde.

L'horizon est plus lointain, au-del des nuages et des murs de notre maison.

Tous les ebooks de Paulo Coelho en PDF et EPUB

Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Peut-tre. Mais je n'arrive plus bien dormir et ce n'est pas cause de la chaleur.

ADULTERE COELHO PDF DE PAULO TÉLÉCHARGER

Quand arrive la nuit et que je me retrouve dans le noir, tout me terrifie : la vie, la mort ; l'amour et son absence ; le fait que toutes les nouveauts deviennent des habitudes ; la sensation d'tre en train de perdre les meilleures annes de ma vie dans une routine qui va se rpter jusqu' ce que je meure ; et la panique d'affronter l'inconnu, aussi excitante que soit l'aventure. Naturellement, j'essaie de me consoler avec la souffrance d'autrui. J'allume la tlvision, je regarde un journal. Je vois une infinit d'informations parlant d'accidents, de gens sans abris cause de phnomnes naturels, de rfugis.

Combien de malades y a-t-il dans le monde en ce moment? Combien souffrent, en silence ou grands cris, d'injustices et de trahisons? Combien de pauvres, de chmeurs et de prisonniers? Je change de chane. Je vois une srie ou un film et je me distrais quelques minutes ou quelques heures. Je crve de peur que mon mari ne se rveille et ne demande : Que se passe-t-il, mon amour? Parce qu'il me faudrait rpondre que tout va bien. Le pire serait comme cela est dj arriv deux ou trois fois le mois dernier qu' peine au lit, il dcide de poser la main sur ma cuisse, la remonte tout doucement et commence me toucher.

Je peux feindre l'orgasme je l'ai dj fait trs souvent mais je ne peux pas par ma seule volont dcider de mouiller.

PDF DE TÉLÉCHARGER ADULTERE PAULO COELHO

Il me faudrait dire que je suis terriblement fatigue et lui, sans jamais avouer qu'il est agac, me donnerait un baiser, se tournerait de l'autre ct, regarderait les dernires nouvelles sur sa tablette et attendrait le Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert lendemain.

Et alors je souhaiterais ardemment qu'il soit fatigu, trs fatigu. Mais il n'en est pas toujours ainsi. De temps autre je dois prendre l'initiative. Je ne peux pas le rejeter deux nuits de suite ou bien il finirait par prendre une matresse, et je ne veux absolument pas le perdre.

Avec un peu de masturbation, je russis mouiller avant, et tout redevient normal. Tout redevient normal , cela signifie : rien ne sera comme avant, comme l'poque o nous tions encore un mystre l'un pour l'autre. Maintenir le mme feu aprs dix ans de mariage me semble une aberration.

DE COELHO ADULTERE TÉLÉCHARGER PDF PAULO

Et chaque fois que je feins le plaisir dans le sexe, je meurs un peu l'intrieur. Un peu? Je crois que je me vide plus vite que je ne le pense. Mes amies disent que j'ai de la chance parce que je leur mens en disant que nous faisons l'amour frquemment, de mme qu'elles me mentent en disant qu'elles ne savent pas comment leurs maris parviennent garder le mme intrt. Elles affirment que le sexe dans le mariage n'est vraiment intressant que les cinq premires annes et que, par la suite, il faut un peu de fantasme.

Fermer les yeux et imaginer que votre voisin est au-dessus de vous, faisant des choses que votre mari n'oserait jamais faire. Vous imaginer possde par lui et votre mari en mme temps, toutes les perversions possibles et tous les jeux interdits. Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Aujourd'hui, quand je suis sortie pour conduire les enfants au collge, j'ai regard mon voisin. Jamais je ne l'ai imagin au-dessus de moi je prfre penser au jeune reporter qui travaille avec moi et feint un tat permanent de souffrance et de solitude.

Je ne l'ai jamais vu tenter de sduire qui que ce soit, c'est justement cela qui fait son charme. Toutes les femmes de la rdaction ont dj affirm qu' elles aimeraient bien s'occuper de lui, le pauvre petit. Je crois qu'il en a conscience et qu'il se contente d'tre un simple objet de dsir, rien de plus.

Peut-tre sent-il la mme chose que moi : une peur terrible de faire un pas en avant et de tout dtruire son emploi, sa famille, sa vie passe et future. Mais enfin En observant mon voisin ce matin, j'ai ressenti une norme envie de pleurer. Il tait en train de laver sa voiture et j'ai pens : Un jour nous ferons la mme chose. Les enfants auront grandi, ils seront partis pour une autre ville ou un autre pays, nous serons retraits et nous laverons nos voitures mme si nous pouvons payer quelqu'un qui le ferait pour nous.

Pass un certain ge, il est important de faire des choses drisoires pour passer le temps, montrer aux autres que nos corps fonctionnent encore bien, que nous n'avons pas perdu la notion de l'argent et que nous continuons excuter certaines tches avec humilit.

Une voiture propre ne fera pas une grande diffrence pour le monde. Mais ce matin c'tait la seule chose qui importait mon voisin. Il m'a souhait une excellente journe, a souri et est retourn son travail, comme s'il tait en train de soigner une sculpture de Rodin. Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Je laisse ma voiture dans un parking Prends le transport public jusqu'au centre! Assez de pollution! Genve semble n'avoir chang en rien depuis mon enfance : les vieilles maisons seigneuriales s'accrochent entre les immeubles construits par un maire fou qui dcouvrit la nouvelle architecture dans les annes Chaque fois que je pars en voyage, cela me manque.

Ce terrible mauvais got, l'absence de grandes tours de verre et d'acier, l'absence de voies express, les racines des arbres crevant le bton des trottoirs et nous faisant trbucher tout instant, les jardins publics avec leurs mystrieuses cltures en bois dans lesquelles poussent toutes sortes d'herbes, parce que la nature est ainsi Une ville diffrente de toutes les autres qui se sont modernises et ont perdu leur charme.

Ici nous disons encore bonjour quand nous croisons un inconnu en chemin et au revoir en sortant d'une boutique o nous avons achet une bouteille d'eau minrale, mme si nous n'avons nulle intention d'y retourner. Nous parlons encore avec des trangers dans l'autobus, bien que le reste du monde imagine que les Suisses sont discrets et rservs. Quelle mprise! Mais c'est bien qu'on pense cela de nous.

Nous conserverons ainsi notre style de vie encore cinq ou six sicles, avant que les invasions barbares ne traversent les Alpes avec leurs merveilleux quipements lectroniques, leurs appartements aux chambres petites et aux grands salons pour impressionner les invits, leurs femmes excessivement maquilles, leurs hommes qui parlent trs fort et drangent les voisins, et leurs Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert adolescents qui s'habillent en rebelles mais redoutent ce que pensent leur pre et mre.

Laissez-les penser que nous ne produisons que du fromage, du chocolat, des vaches et des montres. Croire qu'il y a une banque chaque coin de rue Genve. Nous n'avons pas le moindre intrt changer cette vision. Nous sommes heureux sans les invasions barbares. Nous sommes arms jusqu'aux dents le service militaire tant obligatoire, chaque Suisse possde un fusil chez lui , mais on entend rarement dire qu'une personne a dcid de tirer sur une autre.

Nous sommes heureux sans rien changer depuis des sicles. Nous sommes fiers d'tre rests neutres quand l'Europe a envoy ses fils dans des guerres insenses. Nous nous rjouissons de n'avoir donner d'explications personne sur l'apparence peu attirante de Genve, avec ses cafs de la fin du XIX e sicle et ses vieilles dames qui se promnent dans la ville. Nous sommes heureux est peut-tre une affirmation mensongre. Ils sont tous heureux, sauf moi, qui en ce moment me rends au travail en pensant ce qui ne va pas.

Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Encore une journe o le journal s'efforce de trouver des nouvelles intressantes en plus de l'habituel accident de voiture, braquage mais pas main arme ou incendie vers lequel se dplacent des dizaines de voitures avec un personnel hautement qualifi qui inonde un vieil appartement parce que la fume d'un rti oubli dans le four a fini par effrayer tout le monde.

Encore un retour la maison, le plaisir de cuisiner, la table mise et la famille runie autour, priant Dieu pour la nourriture reue. Encore une soire o, aprs dner, chacun gagne son coin le pre aidant les enfants faire leurs devoirs, la mre nettoyant la cuisine, prparant la maison, laissant l'argent pour l'employe de maison, qui arrivera demain trs tt.

Durant ces derniers mois, il y a eu des moments o je me suis sentie trs bien. Je pense que ma vie a un sens, que c'est cela le rle de l'tre humain sur Terre. Les enfants comprennent que leur mre est en paix, le mari est plus gentil et attentif, et toute la maison parat lumineuse.

Nous sommes l'exemple du bonheur pour le restant de la rue, de la ville, de la rgion qu'ici nous appelons canton , du pays. Et soudain, sans aucune explication raisonnable, j'entre sous la douche et je fonds en larmes. Je pleure dans le bain parce que ainsi personne ne peut entendre mes sanglots et poser la question que je dteste le plus : Tout va bien?

Oui, pourquoi cela n'irait-il pas? Voyez-vous un problme dans ma vie? Seulement la nuit qui me fait peur. Le jour qui ne m'apporte aucun enthousiasme. Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Les images heureuses du pass et les choses qui auraient pu tre et n'ont pas t. Le dsir d'aventure jamais ralis. La terreur de ne pas savoir ce qui arrivera mes fils.

Et alors la pense se met tourner autour de choses ngatives, toujours les mmes, comme si un dmon tait en embuscade dans un coin de la chambre pour me sauter dessus et dire que ce que j'appelais bonheur n'tait qu'un tat passager, qui ne pouvait durer longtemps.

Je l'avais toujours su, non? Je veux changer. Je dois changer. Aujourd'hui au travail, j'ai fait preuve d'une irritation anormale, seulement parce qu'un stagiaire a mis du temps trouver ce que j'avais demand. Je ne suis pas comme cela, mais je me spare de moi-mme. C'est une nerie d'accuser cet crivain et son interview. C'tait il y a des mois. Il a seulement t le couvercle de la bouche d'un volcan qui peut entrer en ruption tout moment, semant la mort et la destruction tout autour.

Si ce n'avait t lui, 'aurait t un film, un livre, quelqu'un avec qui j'aurais chang deux ou trois mots.

J'imagine que certaines personnes passent des annes laisser la pression grandir en elles sans mme le remarquer, et un beau jour n'importe quelle btise fait qu'elles perdent la tte. Alors elles disent : a suffit. Je ne veux plus de a. Certaines se tuent. D'autres divorcent. D'autres encore vont dans les zones pauvres de l'Afrique tenter de sauver le monde. Mais je me connais. Je sais que ma seule raction sera d'touffer ce que je ressens, jusqu' ce qu'un cancer me ronge de l'intrieur.

Parce que je suis vraiment Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert convaincue qu'une grande partie des maladies rsultent d'motions rprimes. Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Je me rveille deux heures du matin et je reste l regarder le plafond, mme si je sais que je dois me lever tt le lendemain ce que je dteste.

Au lieu d'avoir une rflexion fructueuse comme qu'est-ce qui est en train de m'arriver , je ne parviens pas contrler mes ides. Depuis quelques jours pas longtemps, grce Dieu j'en suis me demander si je dois aller dans un hpital psychiatrique pour me faire aider.

Ce n'est ni mon travail, ni mon mari qui m'en empchent mais les enfants. Ils ne peuvent pas comprendre ce que je ressens, pas du tout. Tout est plus intense. Je repense un mariage le mien dans lequel la jalousie n'a jamais fait partie d'aucune discussion. Mais nous, les femmes, nous avons un sixime sens. Peut-tre que mon mari en a rencontr une autre et que je le sens inconsciemment. Pourtant, il n'y a aucune raison pour que je le souponne.

N'est-ce pas absurde? Serait-ce que, entre tous les hommes du monde, je me suis marie avec le seul qui soit absolument parfait? Il ne boit pas, il ne sort pas le soir, il ne passe jamais une journe avec ses amis. Sa vie se rsume la famille. Ce serait un rve si ce n'tait pas un cauchemar.

Parce que rpondre cela est pour moi une responsabilit immense. Alors je me rends compte que des mots comme optimisme ou espoir , qu'on lit dans tous les livres qui essaient de nous rassurer et de nous prparer pour la vie, ne sont que cela : des mots.

Les savants qui les ont prononcs leur cherchaient peut-tre un sens et nous ont pris comme cobayes, pour voir comment nous ragirions ce stimulus. En ralit, je suis lasse d'avoir une vie heureuse et Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert parfaite. Et cela peut tre le signe d'une maladie mentale. Je m'endors en y pensant. Et si j'avais un problme srieux?

Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Je vais djeuner avec une amie. Elle a suggr que nous nous retrouvions dans un restaurant japonais dont je n'ai jamais entendu parler ce qui est trange, car j'adore la cuisine japonaise.

Elle m'a assur que l'endroit tait excellent, bien qu'un peu loign de mon travail. J'ai eu du mal arriver. J'ai d attraper deux autobus et trouver quelqu'un qui m'indique la galerie de cet excellent restaurant. Je trouve tout horrible la dcoration, les tables avec des nappes en papier, l'absence de vue. Mais elle a raison.

C'est l'une des meilleures cuisines que j'aie jamais gote Genve. Je mangeais toujours dans le mme restaurant, que je trouvais correct, mais en rien spcial, dit-elle.

Et puis un ami qui travaille la Mission diplomatique japonaise m'a suggr celui-ci. J'ai trouv l'endroit horrible, toi aussi sans doute. Mais ce sont les patrons eux-mmes qui s'occupent du restaurant, et cela fait toute la diffrence.

Je vais toujours dans les mmes restaurants et je commande les mmes plats, pens-je. Mme pour cela je ne suis plus capable de prendre de risques. Mon amie est sous antidpresseurs. La dernire chose que je souhaite, c'est aborder ce sujet avec elle, parce que aujourd'hui je suis arrive la conclusion que j'tais deux doigts de la maladie et je ne veux pas l'accepter. Et justement parce que je me suis dit que c'tait la dernire chose que j'aimerais faire, c'est la premire que je fais.

La tragdie d'autrui nous aide toujours rduire notre souffrance. Je lui demande comment elle se sent. Beaucoup mieux. Les mdicaments ont tard faire effet mais une fois qu'ils commencent agir dans notre Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert organisme, on retrouve de l'intrt pour les choses, qui reprennent couleur et saveur.

Autrement dit : la souffrance s'est transforme en source de profit pour l'industrie pharmaceutique. Vous tes triste? Prenez cette pilule et vos problmes se rsoudront. Avec dlicatesse, je la sonde pour savoir si cela l'intresserait de collaborer un grand article sur la dpression pour le journal.

Les gens maintenant partagent tout ce qu'ils ressentent sur Internet. Et il y a les mdicaments. De quoi discute-t-on sur Internet? Des effets collatraux des mdicaments. Personne ne s'intresse aux symptmes des autres, parce que c'est contagieux. Brusquement, on peut se mettre ressentir quelque chose qu'on ne ressentait pas avant. C'est tout? Des exercices de mditation. Mais je ne crois pas qu'ils donnent beaucoup de rsultats.

Je les ai tous tests, mais je suis vraiment alle mieux une fois que j'ai dcid d'accepter que j'avais un problme. Savoir qu'elle n'est pas seule n'est d'aucune aide? Discuter de ce qu'elle ressent cause de la dpression, n'est-ce pas bon pour tout le monde? Pas du tout.

Celui qui est sorti de l'enfer n'a pas le moindre intrt savoir comment la vie continue dedans. Pourquoi a-t-elle pass toutes ces annes dans cet tat? Parce que je ne croyais pas que je pouvais tre dprime. Et parce que, quand j'en parlais avec toi ou Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert avec d'autres amies, vous disiez toutes que c'tait une sottise, que les personnes qui ont rellement des problmes n'ont pas le temps de se sentir en dpression.

C'est vrai. J'ai vraiment dit cela. J'insiste : je crois qu'un article ou un post sur un blog aide peut-tre les gens supporter la maladie et chercher de l'aide. Vu que je ne suis pas dprime et que je ne sais pas comment c'est j'insiste sur ce point ne peut-elle au moins m'en parler un peu?

Mon amie hsite. Peut-tre se mfie-t-elle de quelque chose. C'est comme se trouver dans un pige. Tu sais que tu es prisonnire, mais tu n'arrives pas C'est exactement ce que j'avais pens quelques jours auparavant.

Elle commence faire une liste de choses qui semblent communes tous ceux qui ont dj visit ce qu'elle appelle l'enfer. L'incapacit se lever de son lit. Les tches les plus simples qui se transforment en efforts herculens. La culpabilit de n'avoir aucune raison d'tre dans cet tat, alors que tant de gens dans le monde souffrent vraiment. J'essaie de me concentrer sur l'excellente cuisine, qui ce stade a commenc perdre de sa saveur.

Mon amie poursuit : L'apathie. Feindre la joie, feindre l'orgasme, faire semblant d'tre en train de s'amuser, faire semblant d'avoir bien dormi, faire semblant de vivre. Et puis arrive le moment o il y a une ligne rouge imaginaire et tu comprends que si tu la franchis, il n'y aura plus de retour possible. Alors tu cesses de te plaindre, parce que se Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert plaindre signifie qu'au moins on lutte contre quelque chose.

Tu acceptes ton tat vgtatif et tu t'efforces de le cacher tout le monde. Ce qui donne un travail monstre. Et qu'est-ce qui a provoqu sa dpression? Rien en particulier. Mais pourquoi tant de questions?

Toi aussi tu fais une dpression? Non, bien sr! Mieux vaut changer de sujet. Nous parlons de l'homme politique que je vais interviewer dans deux jours : un ex-petit ami que j'avais au gymnase , qui ne se souvient peut-tre mme pas que nous avons chang quelques baisers et qu'il m'a touch les seins qui n'taient pas encore compltement forms.

Mon amie est euphorique. Moi j'essaie seulement de ne penser rien mes ractions en pilotage automatique. Je n'en suis pas encore arrive ce stade, je proteste contre ce qui m'arrive, mais j'imagine que d'ici peu ce peut tre une question de mois, de jours ou d'heures un manque total d'intrt pour tout s'installera, et il sera trs difficile de le dissiper. On dirait que mon me est en train de quitter lentement mon corps et de s'en aller vers un lieu que j'ignore, un lieu sr , o elle n'a pas me supporter, moi et mes terreurs nocturnes.

Comme si je n'tais pas dans un restaurant japonais affreux, mais la cuisine dlicieuse, et que tout ce que je suis en train de vivre n'tait qu'une scne d'un film que je regarde, sans vouloir ou pouvoir intervenir. Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert Je me rveille et rpte les rituels me brosser les dents, m'arranger pour le travail, rveiller les enfants, prparer le petit djeuner de tous, sortir, me dire que la vie est belle.

La nourriture est sans got, le sourire, en revanche, est de plus en plus large pour que personne ne se mfie , l'envie de pleurer est avale, la lumire parat grise. Cette conversation d'hier ne m'a pas fait de bien : je sens que je vais rapidement cesser de me rvolter et sombrer dans l'apathie. Est-ce que personne ne s'en aperoit? Non, videmment. Il faut dire aussi que je suis la dernire personne au monde admettre que j'ai besoin d'aide.

C'est cela mon problme : le volcan est entr en ruption et il n'est plus possible de faire rentrer la lave l'intrieur, de planter de l'herbe, des arbres, de mettre des brebis patre. Je ne mritais pas a. J'ai toujours essay de rpondre aux attentes de tout le monde.

Mais c'est arriv et je ne peux rien faire, sauf prendre des mdicaments. Peut-tre que demain, sous prtexte d'crire un article sur la psychiatrie et la Scurit sociale ils adorent a , je finirai par trouver un bon psychiatre qui demander de l'aide, bien que ce ne soit pas dontologique. Mais tout n'est pas dontologique. Je n'ai aucune obsession qui m'occupe la tte me mettre au rgime, par exemple. Ou la manie du rangement, ou celle de trouver toujours des dfauts dans Facebook : La culture ne s'hrite pas elle se conquiert le travail de l'employe de maison, qui arrive huit heures du matin et s'en va cinq heures de l'aprs-midi, aprs avoir lav et repass les vtements, fait le mnage et, de temps autre, tre alle au supermarch.

Je ne peux pas me dcharger de mes frustrations en tant une supermre, parce que les enfants me le feraient payer pour le restant de leur vie.

Roman " adultère " paulo coelho

Je pars au travail et je vois nouveau le voisin qui astique sa voiture. Mais ne l'a-t-il pas fait hier? Ne pouvant me contenir, je m'approche et je lui demande pourquoi. Il restait quelques problmes , rpond-il aprs m'avoir souhait le bonjour, demand comment allait ma famille et dclar que ma robe tait jolie. Je regarde la voiture, une Audi un des surnoms de Genve est Audiland. J'habite dans le pays le plus sûr du monde, tout dans ma vie est en ordre, je suis bonne mère et bonne épouse.

J'ai reçu une éducation protestante rigide que j'entreprends de transmettre à mes fils. Je ne fais aucun faux pas, car je sais que je pourrais tout abîmer. J'agis avec le maximum d'efficacité et le minimum Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert d'engagement personnel.

Plus jeune, j'ai souffert d'amours non réciproques, comme toute personne normalement constituée. Mais la vérité, c'est que depuis que je me suis mariée, le temps s'est arrêté. Jusqu'à ce que je sois confrontée à ce maudit écrivain et à sa réponse. En quoi donc la routine et l'ennui sont-ils un problème? Pour être sincère, en rien. Seulement… … seulement il y a cette terreur secrète que tout change d'une heure à l'autre, qui me laisse complètement démunie.

À partir du moment où j'ai eu cette pensée néfaste un matin merveilleux, j'ai commencé à avoir peur. Aurais-je les moyens d'affronter le monde toute seule si mon mari mourait? Oui, me suis-je répondu, parce qu'il me laisserait en héritage de quoi subvenir aux besoins de plusieurs générations. Et si je mourais, qui prendrait soin de mes fils? Mon mari adoré. Mais il finirait par se marier avec une autre, parce qu'il est charmant, riche et intelligent.

Mes fils seraient-ils dans de bonnes mains? Mon premier pas fut de répondre à tous mes doutes. Et plus je répondais, plus les questions surgissaient. Est-ce qu'il se trouvera une maîtresse quand je serai vieille? Est-ce qu'il a déjà quelqu'un d'autre, parce que nous ne faisons plus l'amour comme autrefois? Est-ce qu'il pense que j'ai quelqu'un d'autre, parce qu'il ne m'a pas manifesté beaucoup d'intérêt ces trois dernières années? Nous ne nous faisons jamais de scènes de jalousie et je trouvais cela formidable jusqu'à ce fameux matin de printemps où j'ai commencé à soupçonner que ce n'était Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert qu'un manque total d'amour de part et d'autre.

J'ai fait mon possible pour ne plus y penser. Pendant une semaine, chaque fois que je sortais du travail, j'allais acheter un objet dans la rue du Rhône. Rien qui m'intéressât beaucoup, mais du moins sentaisje que — disons — je changeais quelque chose. En ayant besoin d'un article dont je n'avais nul besoin auparavant.

En découvrant un appareil ménager que je ne connaissais pas — bien qu'il soit très difficile de voir apparaître une nouveauté au royaume des appareils ménagers. J'évitais d'entrer dans les boutiques pour enfants, pour ne pas gâter les miens avec des cadeaux quotidiens.

Je n'allais pas non plus dans les magasins pour hommes, pour que mon mari ne se mette pas à suspecter mon extrême générosité. Quand j'arrivais chez moi et entrais dans le royaume enchanté de mon univers personnel, tout semblait merveilleux pendant trois ou quatre heures, et puis tout le monde allait dormir. Alors, peu à peu, le cauchemar s'est installé.

J'imagine que la passion est pour les jeunes et que son absence est sans doute normale à mon âge. Ce n'est pas cela qui m'effrayait. Quelques mois ont passé et je suis aujourd'hui une femme partagée entre la terreur que tout change et la terreur que tout reste pareil jusqu'à la fin de mes jours.

Certains disent que nous commençons, à mesure que l'été approche, à avoir des idées un peu bizarres, que nous nous sentons moins importants parce que nous passons plus de temps à l'air libre et que cela nous donne la dimension du monde. L'horizon est plus lointain, au-delà des nuages et des murs de notre maison.

Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Peut-être. Mais je n'arrive plus à bien dormir et ce n'est pas à cause de la chaleur. Quand arrive la nuit et que je me retrouve dans le noir, tout me terrifie : la vie, la mort ; l'amour et son absence ; le fait que toutes les nouveautés deviennent des habitudes ; la sensation d'être en train de perdre les meilleures années de ma vie dans une routine qui va se répéter jusqu'à ce que je meure ; et la panique d'affronter l'inconnu, aussi excitante que soit l'aventure.

Naturellement, j'essaie de me consoler avec la souffrance d'autrui. J'allume la télévision, je regarde un journal. Je vois une infinité d'informations parlant d'accidents, de gens sans abris à cause de phénomènes naturels, de réfugiés. Combien de malades y a-t-il dans le monde en ce moment?

Combien souffrent, en silence ou à grands cris, d'injustices et de trahisons? Combien de pauvres, de chômeurs et de prisonniers? Je change de chaîne. Je vois une série ou un film et je me distrais quelques minutes ou quelques heures. Le pire serait — comme cela est déjà arrivé deux ou trois fois le mois dernier — qu'à peine au lit, il décide de poser la main sur ma cuisse, la remonte tout doucement et commence à me toucher.

Je peux feindre l'orgasme — je l'ai déjà fait très souvent — mais je ne peux pas par ma seule volonté décider de mouiller. Il me faudrait dire que je suis terriblement fatiguée et lui, sans jamais avouer qu'il est agacé, me donnerait un baiser, se tournerait de l'autre côté, regarderait les dernières nouvelles sur sa tablette et attendrait le Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert lendemain. Et alors je souhaiterais ardemment qu'il soit fatigué, très fatigué.

Mais il n'en est pas toujours ainsi. De temps à autre je dois prendre l'initiative. Je ne peux pas le rejeter deux nuits de suite ou bien il finirait par prendre une maîtresse, et je ne veux absolument pas le perdre. Avec un peu de masturbation, je réussis à mouiller avant, et tout redevient normal. Maintenir le même feu après dix ans de mariage me semble une aberration.

Et chaque fois que je feins le plaisir dans le sexe, je meurs un peu à l'intérieur. Un peu? Je crois que je me vide plus vite que je ne le pense. Mes amies disent que j'ai de la chance — parce que je leur mens en disant que nous faisons l'amour fréquemment, de même qu'elles me mentent en disant qu'elles ne savent pas comment leurs maris parviennent à garder le même intérêt. Fermer les yeux et imaginer que votre voisin est au-dessus de vous, faisant des choses que votre mari n'oserait jamais faire.

Vous imaginer possédée par lui et votre mari en même temps, toutes les perversions possibles et tous les jeux interdits. Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Aujourd'hui, quand je suis sortie pour conduire les enfants au collège, j'ai regardé mon voisin. Jamais je ne l'ai imaginé au-dessus de moi — je préfère penser au jeune reporter qui travaille avec moi et feint un état permanent de souffrance et de solitude. Je ne l'ai jamais vu tenter de séduire qui que ce soit, c'est justement cela qui fait son charme.

Je crois qu'il en a conscience et qu'il se contente d'être un simple objet de désir, rien de plus. Peut-être sent-il la même chose que moi : une peur terrible de faire un pas en avant et de tout détruire — son emploi, sa famille, sa vie passée et future. Mais enfin… En observant mon voisin ce matin, j'ai ressenti une énorme envie de pleurer. Les enfants auront grandi, ils seront partis pour une autre ville ou un autre pays, nous serons retraités et nous laverons nos voitures — même si nous pouvons payer quelqu'un qui le ferait pour nous.

Passé un certain âge, il est important de faire des choses dérisoires pour passer le temps, montrer aux autres que nos corps fonctionnent encore bien, que nous n'avons pas perdu la notion de l'argent et que nous continuons à exécuter certaines tâches avec humilité.

Mais ce matin c'était la seule chose qui importait à mon voisin. Il m'a souhaité une excellente journée, a souri et est retourné à son travail, comme s'il était en train de soigner une sculpture de Rodin.

Tu pourrais aimer:TÉLÉCHARGER TYPO3 4.5

Assez de pollution! Chaque fois que je pars en voyage, cela me manque. Nous parlons encore avec des étrangers dans l'autobus, bien que le reste du monde imagine que les Suisses sont discrets et réservés. Quelle méprise! Mais c'est bien qu'on pense cela de nous. Nous conserverons ainsi notre style de vie encore cinq ou six siècles, avant que les invasions barbares ne traversent les Alpes avec leurs merveilleux équipements électroniques, leurs appartements aux chambres petites et aux grands salons pour impressionner les invités, leurs femmes excessivement maquillées, leurs hommes qui parlent très fort et dérangent les voisins, et leurs Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert adolescents qui s'habillent en rebelles mais redoutent ce que pensent leur père et mère.

Laissez-les penser que nous ne produisons que du fromage, du chocolat, des vaches et des montres. Croire qu'il y a une banque à chaque coin de rue à Genève. Nous n'avons pas le moindre intérêt à changer cette vision. Nous sommes heureux sans les invasions barbares. Nous sommes armés jusqu'aux dents — le service militaire étant obligatoire, chaque Suisse possède un fusil chez lui —, mais on entend rarement dire qu'une personne a décidé de tirer sur une autre.

Nous sommes heureux sans rien changer depuis des siècles. Nous sommes fiers d'être restés neutres quand l'Europe a envoyé ses fils dans des guerres insensées. Nous nous réjouissons de n'avoir à donner d'explications à personne sur l'apparence peu attirante de Genève, avec ses cafés de la fin du XIXe siècle et ses vieilles dames qui se promènent dans la ville.

Ils sont tous heureux, sauf moi, qui en ce moment me rends au travail en pensant à ce qui ne va pas. Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Encore une journée où le journal s'efforce de trouver des nouvelles intéressantes en plus de l'habituel accident de voiture, braquage mais pas à main armée ou incendie vers lequel se déplacent des dizaines de voitures avec un personnel hautement qualifié qui inonde un vieil appartement parce que la fumée d'un rôti oublié dans le four a fini par effrayer tout le monde.

Encore un retour à la maison, le plaisir de cuisiner, la table mise et la famille réunie autour, priant Dieu pour la nourriture reçue.

Encore une soirée où, après dîner, chacun gagne son coin — le père aidant les enfants à faire leurs devoirs, la mère nettoyant la cuisine, préparant la maison, laissant l'argent pour l'employée de maison, qui arrivera demain très tôt. Durant ces derniers mois, il y a eu des moments où je me suis sentie très bien. Je pense que ma vie a un sens, que c'est cela le rôle de l'être humain sur Terre. Les enfants comprennent que leur mère est en paix, le mari est plus gentil et attentif, et toute la maison paraît lumineuse.

Nous sommes l'exemple du bonheur pour le restant de la rue, de la ville, de la région — qu'ici nous appelons canton —, du pays. Et soudain, sans aucune explication raisonnable, j'entre sous la douche et je fonds en larmes. Voyez-vous un problème dans ma vie? Seulement la nuit qui me fait peur. Le jour qui ne m'apporte aucun enthousiasme. Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Les images heureuses du passé et les choses qui auraient pu être et n'ont pas été.

Le désir d'aventure jamais réalisé. La terreur de ne pas savoir ce qui arrivera à mes fils. Je l'avais toujours su, non? Je veux changer. Je dois changer. Aujourd'hui au travail, j'ai fait preuve d'une irritation anormale, seulement parce qu'un stagiaire a mis du temps à trouver ce que j'avais demandé.

Je ne suis pas comme cela, mais je me sépare de moi-même. C'est une ânerie d'accuser cet écrivain et son interview. C'était il y a des mois. Il a seulement ôté le couvercle de la bouche d'un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment, semant la mort et la destruction tout autour.

Si ce n'avait été lui, ç'aurait été un film, un livre, quelqu'un avec qui j'aurais échangé deux ou trois mots. J'imagine que certaines personnes passent des années à laisser la pression grandir en elles sans même le remarquer, et un beau jour n'importe quelle bêtise fait qu'elles perdent la tête.

Je ne veux plus de ça. D'autres divorcent. D'autres encore vont dans les zones pauvres de l'Afrique tenter de sauver le monde. Mais je me connais. Je sais que ma seule réaction sera d'étouffer ce que je ressens, jusqu'à ce qu'un cancer me ronge de l'intérieur. Parce que je suis vraiment Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert convaincue qu'une grande partie des maladies résultent d'émotions réprimées. Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Je me réveille à deux heures du matin et je reste là à regarder le plafond, même si je sais que je dois me lever tôt le lendemain — ce que je déteste.

Depuis quelques jours — pas longtemps, grâce à Dieu — j'en suis à me demander si je dois aller dans un hôpital psychiatrique pour me faire aider.

Paulo Coelho – Adultere

Ce n'est ni mon travail, ni mon mari qui m'en empêchent mais les enfants. Ils ne peuvent pas comprendre ce que je ressens, pas du tout. Tout est plus intense. Je repense à un mariage — le mien — dans lequel la jalousie n'a jamais fait partie d'aucune discussion. Mais nous, les femmes, nous avons un sixième sens. Peut-être que mon mari en a rencontré une autre et que je le sens inconsciemment. Pourtant, il n'y a aucune raison pour que je le soupçonne.

N'est-ce pas absurde? Serait-ce que, entre tous les hommes du monde, je me suis mariée avec le seul qui soit absolument parfait? Il ne boit pas, il ne sort pas le soir, il ne passe jamais une journée avec ses amis. Sa vie se résume à la famille. Ce serait un rêve si ce n'était pas un cauchemar.

Parce que répondre à cela est pour moi une responsabilité immense. Les savants qui les ont prononcés leur cherchaient peut-être un sens et nous ont pris comme cobayes, pour voir comment nous réagirions à ce stimulus. En réalité, je suis lasse d'avoir une vie heureuse et Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert parfaite.

Et cela peut être le signe d'une maladie mentale. Je m'endors en y pensant. Et si j'avais un problème sérieux? Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Je vais déjeuner avec une amie. Elle a suggéré que nous nous retrouvions dans un restaurant japonais dont je n'ai jamais entendu parler — ce qui est étrange, car j'adore la cuisine japonaise. Elle m'a assuré que l'endroit était excellent, bien qu'un peu éloigné de mon travail.

J'ai eu du mal à arriver. Je trouve tout horrible — la décoration, les tables avec des nappes en papier, l'absence de vue. Mais elle a raison. C'est l'une des meilleures cuisines que j'aie jamais goûtée à Genève. Et puis un ami qui travaille à la Mission diplomatique japonaise m'a suggéré celui-ci.

J'ai trouvé l'endroit horrible, toi aussi sans doute. Mais ce sont les patrons eux-mêmes qui s'occupent du restaurant, et cela fait toute la différence.

Même pour cela je ne suis plus capable de prendre de risques. Mon amie est sous antidépresseurs. La dernière chose que je souhaite, c'est aborder ce sujet avec elle, parce que aujourd'hui je suis arrivée à la conclusion que j'étais à deux doigts de la maladie et je ne veux pas l'accepter.

Et justement parce que je me suis dit que c'était la dernière chose que j'aimerais faire, c'est la première que je fais. La tragédie d'autrui nous aide toujours à réduire notre souffrance. Je lui demande comment elle se sent. Les médicaments ont tardé à faire effet mais une fois qu'ils commencent à agir dans notre Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert organisme, on retrouve de l'intérêt pour les choses, qui reprennent couleur et saveur.

Vous êtes triste? Prenez cette pilule et vos problèmes se résoudront. Avec délicatesse, je la sonde pour savoir si cela l'intéresserait de collaborer à un grand article sur la dépression pour le journal. Les gens maintenant partagent tout ce qu'ils ressentent sur Internet. Et il y a les médicaments.

Personne ne s'intéresse aux symptômes des autres, parce que c'est contagieux. Brusquement, on peut se mettre à ressentir quelque chose qu'on ne ressentait pas avant. Mais je ne crois pas qu'ils donnent beaucoup de résultats. Je les ai tous testés, mais je suis vraiment allée mieux une fois que j'ai décidé d'accepter que j'avais un problème. Discuter de ce qu'elle ressent à cause de la dépression, n'est-ce pas bon pour tout le monde?

Celui qui est sorti de l'enfer n'a pas le moindre intérêt à savoir comment la vie continue dedans. Et parce que, quand j'en parlais avec toi ou Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert avec d'autres amies, vous disiez toutes que c'était une sottise, que les personnes qui ont réellement des problèmes n'ont pas le temps de se sentir en dépression.

J'ai vraiment dit cela. J'insiste : je crois qu'un article ou un post sur un blog aide peut-être les gens à supporter la maladie et à chercher de l'aide. Vu que je ne suis pas déprimée et que je ne sais pas comment c'est — j'insiste sur ce point — ne peut-elle au moins m'en parler un peu? Mon amie hésite. Peut-être se méfie-t-elle de quelque chose.

L'incapacité à se lever de son lit. Les tâches les plus simples qui se transforment en efforts herculéens. La culpabilité de n'avoir aucune raison d'être dans cet état, alors que tant de gens dans le monde souffrent vraiment. J'essaie de me concentrer sur l'excellente cuisine, qui à ce stade a commencé à perdre de sa saveur.

Feindre la joie, feindre l'orgasme, faire semblant d'être en train de s'amuser, faire semblant d'avoir bien dormi, faire semblant de vivre. Et puis arrive le moment où il y a une ligne rouge imaginaire et tu comprends que si tu la franchis, il n'y aura plus de retour possible.

Alors tu cesses de te plaindre, parce que se Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert plaindre signifie qu'au moins on lutte contre quelque chose. Tu acceptes ton état végétatif et tu t'efforces de le cacher à tout le monde. Ce qui donne un travail monstre. Mais pourquoi tant de questions? Toi aussi tu fais une dépression? Mieux vaut changer de sujet. Nous parlons de l'homme politique que je vais interviewer dans deux jours : un ex-petit ami que j'avais au gymnase1, qui ne se souvient peut-être même pas que nous avons échangé quelques baisers et qu'il m'a touché les seins qui n'étaient pas encore complètement formés.

Mon amie est euphorique. Moi j'essaie seulement de ne penser à rien — mes réactions en pilotage automatique. Je n'en suis pas encore arrivée à ce stade, je proteste contre ce qui m'arrive, mais j'imagine que d'ici peu — ce peut être une question de mois, de jours ou d'heures — un manque total d'intérêt pour tout s'installera, et il sera très difficile de le dissiper.

Comme si je n'étais pas dans un restaurant japonais affreux, mais à la cuisine délicieuse, et que tout ce que je suis en train de vivre n'était qu'une scène d'un film que je regarde, sans vouloir — ou pouvoir — intervenir. Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert Je me réveille et répète les rituels — me brosser les dents, m'arranger pour le travail, réveiller les enfants, préparer le petit déjeuner de tous, sortir, me dire que la vie est belle.

À chaque minute et dans chaque geste, je ressens un poids que je ne parviens pas à identifier, comme l'animal ne comprend pas bien de quelle manière il a été capturé dans un piège. La nourriture est sans goût, le sourire, en revanche, est de plus en plus large pour que personne ne se méfie , l'envie de pleurer est avalée, la lumière paraît grise.

Cette conversation d'hier ne m'a pas fait de bien : je sens que je vais rapidement cesser de me révolter et sombrer dans l'apathie. Est-ce que personne ne s'en aperçoit? Non, évidemment. Il faut dire aussi que je suis la dernière personne au monde à admettre que j'ai besoin d'aide. C'est cela mon problème : le volcan est entré en éruption et il n'est plus possible de faire rentrer la lave à l'intérieur, de planter de l'herbe, des arbres, de mettre des brebis à paître.

Je ne méritais pas ça. J'ai toujours essayé de répondre aux attentes de tout le monde. Mais c'est arrivé et je ne peux rien faire, sauf prendre des médicaments. Peut-être que demain, sous prétexte d'écrire un article sur la psychiatrie et la Sécurité sociale ils adorent ça , je finirai par trouver un bon psychiatre à qui demander de l'aide, bien que ce ne soit pas déontologique. Mais tout n'est pas déontologique.

Je n'ai aucune obsession qui m'occupe la tête — me mettre au régime, par exemple. Ou la manie du rangement, ou celle de trouver toujours des défauts dans Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert le travail de l'employée de maison, qui arrive à huit heures du matin et s'en va à cinq heures de l'après-midi, après avoir lavé et repassé les vêtements, fait le ménage et, de temps à autre, être allée au supermarché.

Je ne peux pas me décharger de mes frustrations en étant une supermère, parce que les enfants me le feraient payer pour le restant de leur vie. Je pars au travail et je vois à nouveau le voisin qui astique sa voiture. Mais ne l'a-t-il pas fait hier? Ne pouvant me contenir, je m'approche et je lui demande pourquoi.

Je regarde la voiture, une Audi un des surnoms de Genève est Audiland. Elle me semble parfaite. Il montre un petit détail ou un endroit qui ne brille pas comme il le devrait. Je pousse la conversation et je finis par lui demander ce qu'il pense que les gens veulent dans la vie. Payer leurs factures. Acheter une maison comme la vôtre ou la mienne. Avoir un jardin avec des arbres, recevoir leurs enfants et petits-enfants pour le déjeuner du dimanche. Parcourir le monde après la retraite.

Quelque chose dans ce monde ne tourne pas rond, et ce ne sont pas les guerres en Asie ou au MoyenOrient. Avant de me rendre à la rédaction, je dois interviewer Jacob, mon ancien petit ami du gymnase.

Même cela ne m'excite pas — je perds vraiment tout intérêt pour les Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert choses. Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert J'écoute des informations que je n'ai pas demandées sur des programmes du gouvernement.

Je pose des questions pour l'embarrasser, mais il esquive avec élégance. Il a un an de moins que moi, il doit donc avoir 30 ans, bien qu'il en paraisse Je garde cette observation pour moi. C'est clair que j'ai bien aimé le revoir, même si jusqu'à présent il ne m'a pas demandé ce qu'a été ma vie depuis que nos routes se sont séparées après la maturité1.

Il est concentré sur lui-même, sur sa carrière, son avenir, pendant que moi je garde bêtement les yeux fixés sur le passé, comme si j'étais encore l'adolescente portant un appareil dentaire et pourtant enviée par les autres filles. Au bout d'un certain temps, je cesse de l'écouter et je me mets en pilotage automatique. Une année commence, une année finit, les thèmes sont les mêmes et les problèmes restent sans solution, parce que personne ne s'y intéresse vraiment.

Après vingt minutes de conversation, je commence à me demander si un tel manque d'intérêt est la conséquence de mon état bizarre en ce moment.

Mais non. Il n'y a rien de plus ennuyeux que d'interviewer des hommes politiques. Il aurait mieux valu qu'on m'envoie couvrir un crime. Les assassins sont bien plus authentiques. Comparés aux représentants du peuple n'importe où ailleurs sur la planète, les nôtres sont les moins intéressants et les plus insipides. Personne ne veut rien Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert savoir de leur vie privée.

Seules deux choses peuvent aboutir à un scandale : la corruption et les drogues. L'affaire atteint alors des proportions gigantesques et produit plus d'effet qu'elle ne devrait, parce que les journaux manquent cruellement de sujets. Mais qui veut savoir s'ils ont des maîtresses, fréquentent des bordels ou ont décidé d'assumer leur homosexualité? Qu'ils continuent à faire ce pour quoi ils ont été élus, sans faire exploser le budget public et nous vivrons tous en paix.

Le président du pays change chaque année vraiment, chaque année. Il n'est pas choisi par le peuple mais par le Conseil fédéral, entité formée de sept ministres qui exerce la dignité de chef de l'État. Par ailleurs, chaque fois que je passe devant le Musée d'art et d'histoire je vois des affiches pour de nouveaux référendums populaires, qu'ici nous appelons votations.

La population adore décider de tout — la couleur des sacs-poubelles le noir l'a emporté , la permission de port d'arme une majorité écrasante l'a approuvé, la Suisse est le pays qui détient le plus d'armes par tête au monde , le nombre de minarets qui peuvent être construits dans tout le pays quatre , l'asile pour les expatriés je n'ai pas suivi, mais j'imagine que la loi a été approuvée et est entrée en vigueur. Avec délicatesse, il demande à son adjoint de reporter le rendez-vous suivant.

Mon journal est le plus important de la Suisse française et l'interview peut être déterminante pour les prochaines élections.

Il fait semblant de me convaincre et je fais semblant de Facebook : La culture ne s'hérite pas elle se conquiert le croire. Mais je suis déjà satisfaite. Je me lève, je le remercie et lui dis que j'ai tout le matériel dont j'ai besoin. Mais ce n'est pas à moi de dire quoi.